• Je me cache, je voile ma détresse, traîtresse !

    Le mal qui me ronge peu à peu, c'est fatal...

    Et mon âme sans cesse n'est plus que tristesse,

    Quand aurais-je cette sérénité vitale...

     

    Je voies dans son regard, je me noies dans ses mots

    Son amour, il me le transmet, c'est un joyau...

    Et toutes les étoiles parsemées, clairsemées,

    J'aperçois le trouble dans ma vie abîmée...

     

    Je ne touches plus le bonheur, je le cherche...

    Au ciel, plus de soleil, j'en suis à la recherche...

    Sur terre, j'erre seule, le regard perdu, plongé

    Dans un abîme sans fond, l'air d'une naufragée...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Petite cigale,

    Un jour, en un rêve nuptial,

    Se dépose sur mon cœur nu,

    Et y reste le temps d'un souvenir continu

     

    Elle y grave son dessin,

    Continue son petit chemin,

    Y sème son temps

    Et fait de moi son petit talisman.

     

    Au fur et à mesure,

    Longeant une bordure,

    Elle rêve d'un espoir ;

    Tout d'elle est un art...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Si grand bouleversement dans ma vie...

    Que je n'aurais jamais cru ainsi !

    Je me vois inassouvie

    Avec cet immense lit de douleur, telle une galaxie...

     

    Je n'aurais jamais cru vouloir à ce point

    Vivre avec quelqu'un...

    Et tout cet amour que j'ai envie de crier !

    J'ai si envie de le hurler,

     

    Mais ça ne sera jamais assez fort...

    Pas assez fort tant que je ne serais pas avec lui...

    Pourquoi ce mauvais sort ?

    Ce que je ressens est inédit...

     

    Comme si ça m'était interdit...

    Je l'aime comme je n'ai jamais aimé...

    D'un amour si exquis

    Et affamé à la fois, mon bien-aimé...

     

    Pourra-t-on s'attendre ? je l'ignores...

    Mais là, je m'endors

    En un rêve éveillé ;

    Je rêve qu'il m'effeuille, et émerveillée

     

    J'en suis sûre, de son regard d'ange,

    Il m'aimera en une louange...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Soudainement un voile se dévoile...

    Je sais maintenant que malgré mes "infidélités",

    Quelque part est resté

    Mon amour pour toi, cette petite étoile...

     

    La pureté de mes sentiments était cachée,

    Bien enfouie dans le lit de mon cœur...

    Sûrement me suis-je entichée

    D'autres... pour mentir à notre bonheur ?

     

    Je ne le voyais pas...

    J'étais aveugle,

    Aveugle de moi-même, de toi...

    Mais comment as-tu fait dans ce froid...

     

    Ce froid, tout seul,

    Et ce, avec ma "présence"...

    J'avais perdu notre confiance,

    Mais tu as su garder le fil de nos vies, quelle élégance...

     

    Mon cœur, je ne veux plus nous faire souffrir...

    Et si, par hasard, cela se reproduisait ?

    Non, pas de vague à l'âme ! je le retire !

    Savourer avec toi, oser... et te déposer tout plein de baisers...

     

    Ce voyage avec toi, je l'aime...

    Et je t'aime...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ça m'atteins le cœur au plus profond...

    Tellement sans mal...

    Tellement mal de tourner la page, c'est sans répit...

    Ma souffrance est si grande !

     

    Mes larmes ne cesseront de couler...

    Je le sais maintenant

    Que je l'aimerais à jamais...

    Cet amour inexplicable, et à la fois surprenant...

     

    Déchirée, je suis déchirée,

    Meurtrie, délaissée, abandonnée...

    Mais pourtant entourée...

    Je me suis cachée moi-même de cet amour tant passionné...

     

    Oh combien de fois j'aimerais lui dire

    Que je l'aime encore...

    Mais ce n'est plus de l'or...

    Et il n'y a plus d'espoir pour me recueillir...

     

    Venez à moi,

    Je cherche la lumière

    Mais je ne la vois pas,

    J'erres...

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Avant toi, je me sentais seule tout simplement,

    Et maintenant, depuis qu'on s'est vus, je me sens vide...

    Avec ce sentiment

    D'impuissance ; que sans toi tout est insipide...

     

    Quelle dure fatalité...!

    Que de se résoudre à ce mur d'abandon, de silence...

    Je ne pourrais plus te dire tout mon amour avec légèreté...

    Dans ma vie, tu as pris un tel sens !

     

    Je ne pourrais plus te dire à quel point je t'aime...

    Je l'ignorais moi-même jusqu'à ce jour...

    Mon cœur avec ses pourtours...

    T'appartiennent et y dessinent l'anathème...

     

    Mon âme n'est plus ce qu'elle était...

    Tu m'as changé

    Au point que je voudrais partir te rejoindre !

    Mais mon chemin n'est pas fini...

     

    Le destin nous ramènera-t-il un jour ?

    Nos souvenirs ensemble étaient si merveilleux...

    Je voudrais les revivre mon amour...

    Et je sais que toi aussi, oh si douloureux !

     

    Quelle lourde peine que j'ai là...

    Je l'aime comme je n'aurais pas cru...

    Quand je l'avais aperçu,

    Jamais je n'aurais imaginé cela...

     

    Tes douces et chaudes lèvres sur les miennes,

    Ta chaleur tout contre moi...

    Ta main dessinant ma bouche avec émoi...

    J'ai envie d'être tienne !

     

    Cette magie entre nous,

    Comme un ensorcèlement,

    Je me sentais belle, totalement.

    Et si tendrement, je l'avoues

     

    J'ai aimé chaque instant,

    J'ai savouré tous ces moments de bonheur avec lui...

    Mon cœur a été ébloui

    Par tant d'accents...

     

    Si palpitant, vibrant d'émotions...

    On a vécu un bonheur

    Qu'on ne peut décrire !

    Il n'y a pas de mots, c'était unique...

     

    Dessinant de ma plume dorée,

    Je lui dédie, à mon amour adoré,

    Ce poème,

    Il sera pour toujours, pour lui, son diadème...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Comment pourrais-je donner un sens à ma vie ?

    Vague à l'âme...

    Je me vois au reflet d'une flamme,

    Plus rien ne vit...

     

    Je la sens cette absence,

    Ce manque...

    Et dans mon apparence

    Rien ne se voit, ah quel saltimbanque !

     

    Maintenant, il y a un froid dans mon existence...

    Mais vient le chaud dans mon cœur,

    A qui sait m'apprivoiser, tel un visiteur,

    Il était ma romance...

     

    Je renaissais avec lui...

    Mon regard, certainement ébloui par son charme,

    Il me désarme...

    Me désarme par ses baisers aujourd'hui...

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Au creux  de mon oreille se trouve un doux bruissement,

    celui de mes cheveux.

    Mes mains, sur mes paupières

    Et mes lèvres s'ouvrant à un baiser,

    Je l'attendrais toujours...

    Ce rêve qui se multiplie de jour en jour

    Je l'attendrais encore...

    Cet homme qui m'attend quelque part...

    Je le sais

    Son cœur bat.

    Se fera une rencontre

    Et une idylle naitra...

    Une romance.

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Une légère brise soufflant dans mes cheveux,

    Les feuilles des arbres s'agitant gaiement,

    Je me sens une âme rêveuse

    Et mon corps se pencher en mouvements.

     

    C'est au creux de mes reins

    que se trouvent l'incessant,

    Un doux papillon se poser délicatement,

    Et une fleur s'enlacer dans mon cœur.

     

    Un court ruisseau suit ce long et tumultueux crescendo,

    Et mon plaisir devenir soupirs...

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le doux bruit de l'eau qui ruisselle dehors

    Et le silence qui règne après,

    Un arc-en-ciel se dessine alors.

     

    La nuit tombant, les couleurs se mouvent

    jusqu'à en former de longues lignes horizontales,

    Le soleil se déclinant à son zénith,

    L'univers tout entier tend ses mains pour offrir sa beauté infinie...

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire